115 Wilcox St., #249 Castle Rock, CO 80104


+1 866-582-2586


info@jameswaitelaw.com

, ,

Résolution des conflits de paiement

Question: J'ai loué un équipement à un client sans avoir obtenu au préalable sa signature sur mon contrat de location. L'équipement a été vandalisé, et j'ai facturé le coût de la réparation à la carte de crédit du client. Le client a contesté le montant facturé, et la société de carte de crédit a retiré l'argent de mon compte. Que puis-je faire à ce sujet et comment puis-je éviter ce genre de situation à l'avenir ?

 

Réponses: Heureusement, un certain nombre de recours restent disponibles. Tout d'abord, la décision "non judiciaire" de l'émetteur de la carte de crédit ne vous empêche pas de faire valoir vos droits (i.evous avez toujours le droit d'intenter une action en justice).

 

Toutefois, avant d'en arriver à cette extrémité, vous devriez d'abord contacter votre fournisseur de services marchands de cartes de crédit et voir si vous pouvez faire annuler le débit compensatoire (et le montant payé). Il se peut en effet que vous puissiez le faire si vous pouvez démontrer que votre client a effectivement autorisé le débit lui-même et/ou les moyens de le déterminer (Par exemple, le client a accepté de vous payer "jusqu'à la valeur de remplacement totale de l'équipement neuf"). Cette formulation peut figurer dans les conditions générales de votre contrat de location (non signé), mais aussi dans votre demande de crédit et/ou dans le(s) formulaire(s) d'autorisation de débit de votre carte de crédit (Remarque : si vous n'avez pas l'un ou l'autre de ces formulaires, ou les deux, contactez-nous. Ils peuvent être d'une grande utilité dans des situations comme celle-ci).

 

Vous devrez également envisager de soumettre la demande d'indemnisation des dommages à votre compagnie d'assurance. La question évidente est de savoir si cela vaut la peine de le faire, compte tenu du niveau des dommages, de votre franchise, de votre historique de sinistres (votre dossier de sinistres antérieurs) et, bien sûr, du fait que votre client vous a fourni un certificat d'assurance. Quelle que soit votre décision, vous voudrez la prendre le plus tôt possible, car tout retard peut entraîner un refus d'indemnisation et/ou la détérioration/disparition de preuves précieuses qui pourraient vous aider, vous et/ou votre assureur, à récupérer une partie ou la totalité du sinistre auprès de votre client ou peut-être de l'assureur de ce dernier.

 

Si, en fin de compte, vous devez intenter une action en justice contre le client afin de recouvrer votre créance, vous devrez d'abord essayer de montrer au tribunal que vous aviez un contrat de location légalement exécutoire. Le fait de ne pas être en mesure de produire un contrat signé ne vous aidera certainement pas, mais cela ne signifie pas nécessairement que vous devez abandonner, car le Uniform Commercial Code vous permet toujours d'appliquer des contrats non signés dans de nombreux cas, bien qu'imparfaitement. Cela dépendra des preuves que vous pourrez produire pour démontrer qu'un accord a été conclu (Par exemple, courriels, notes de conversations téléphoniques, transmissions par télécopieur, témoignage d'un ou de plusieurs de vos employés, et peut-être le témoignage de votre client et/ou d'un ou de plusieurs de ses employés (bien que l'obtention de ce dernier puisse être difficile). Certaines de vos preuves peuvent être inadmissibles, selon que vous prenez ou non des notes sur les conversations téléphoniques et autres, et selon la fréquence à laquelle vous les prenez (Note : Cohérent la tenue d'un registre peut être un moyen précieux de surmonter les objections de "ouï-dire" devant un tribunal, ce qui rend plus probable l'admission en preuve de vos notes et/ou de vos registres téléphoniques).

 

Même si vous parvenez à faire admettre votre formulaire de contrat de location comme preuve, il ne vous sera utile que s'il comporte les termes appropriés. En particulier, il doit rendre le client responsable de toutes les pertes et de tous les dommages causés à l'équipement. depuis le moment où il quitte vos locaux jusqu'à ce qu'il vous revienne et, bien entendu, vous autorise à débiter tous les montants dus et à venir en rapport avec la location sur la ou les cartes de débit et/ou de crédit du client. De nombreux contrats de location rendent le client responsable des pertes et/ou des dommages uniquement pour la durée de la location initialement prévue (sans tenir compte, par exemple, des déposes, des renouvellements et des prolongations), et ne disent rien sur les cartes de débit/crédit. Ces deux questions peuvent être problématiques pour les opérateurs de location après qu'un sinistre se soit produit, et malheureusement, parce que la plupart des contrats de location sont des créations des sociétés de location qui les utilisent (plutôt que des documents négociés créés par des négociations entre les sociétés de location et les clients), l'application de la norme communément acceptée "contra proferentem"La règle de l'ambiguïté (selon laquelle les ambiguïtés du contrat seront interprétées "contre leurs rédacteurs") entraînera probablement une perte pour la société de location si ces questions ne sont pas clairement et spécifiquement abordées.

 

Voici deux moyens efficaces (bien qu'imparfaits) de régler la question des cartes de débit et de crédit : (1) l'utilisation d'un formulaire d'autorisation de débit par carte de crédit distinct qui vous autorise spécifiquement à débiter "jusqu'à la valeur de remplacement totale (nouvelle) de l'équipement" (ou des mots à cet effet) ; et (2) une reconnaissance de carte de crédit sur la première page de votre contrat de location vous autorisant à faire la même chose, bien que sous une forme abrégée. Ces recours sont utiles, mais il se peut que vous soyez obligé d'engager une procédure judiciaire, car les émetteurs de cartes et les fournisseurs de services aux commerçants peuvent être imprévisibles lorsqu'ils prennent des décisions concernant les litiges relatifs aux rétrofacturations.

 

Pourquoi s'embêter ? Pourquoi, me direz-vous, m'embêter avec tout cela si mon contrat n'est pas signé. Cela n'éteint-il pas de toute façon ma demande ? Pour dire les choses simplement, non, ce n'est pas le cas. Vous avez à la fois des réclamations équitables (fondées sur l'équité) et, comme je l'ai mentionné ci-dessus, des réclamations statutaires en vertu du Uniform Commercial Code (" UCC "). Il est important de noter que la section 2A-201 de l'UCC valide expressément les contrats de location qui seraient autrement inapplicables (par exemple, les contrats non signés) " en ce qui concerne les biens qui ont été reçus et acceptés par le locataire ". De plus, l'article 2A-204 contient le libellé suivant : "A contrat de location peut être faite de toute manière suffisante pour démontrer l'accord, y compris le comportement des deux parties qui reconnaît l'existence d'un contrat de location." Ainsi, même si vous devrez probablement fournir des preuves substantielles de son existence pour le faire respecter (et qu'un tribunal sera peut-être moins enclin à appliquer strictement toutes ses dispositions), le fait que vous n'ayez pas de contrat de location signé n'élimine pas nécessairement votre capacité de récupération. Ainsi, si les termes de votre contrat eux-mêmes soutiennent votre demande, l'introduction d'une action en justice reste une option et doit être sérieusement envisagée malgré l'absence de signature.

 

En outre, si le client a déjà loué du matériel chez vous et a signé votre contrat de location à cette occasion, examinez-le attentivement pour déterminer s'il contient une disposition étendant ses conditions aux locations ultérieures (Par exemple : " Ces conditions générales s'appliquent aux articles identifiés à la page 1, et à tous les autres articles que vous obtiendrez de nous à l'avenir"). Si c'est le cas, vous disposerez d'un soutien supplémentaire substantiel pour votre demande de rupture de contrat, bien qu'en vertu d'un contrat précédemment signé.

 

Enfin, assurez-vous que votre contrat comporte une disposition vous permettant de récupérer les honoraires d'avocat auprès de votre client si vous l'emportez au procès. Récupérer $10 000 pour les dommages causés à votre équipement ne vous servira pas à grand-chose si vous dépensez $20 000 en frais d'avocat pour l'obtenir (Remarque : les règles diffèrent souvent d'un État à l'autre, il est donc conseillé de consulter un avocat avant de procéder à cette opération).

 

Conclusion : Les lois relatives aux contrats, sans parler des circonstances entourant leur utilisation, continuent de s'étendre et d'évoluer, ce qui rend impératif que les opérateurs de location mettent à jour leurs contrats et trouvent de meilleures façons de les utiliser. N'hésitez pas à nous contacter si nous pouvons vous aider.

Articles connexes

Se protéger des faillites de clients

Question : Je viens d'avoir deux gros clients qui ont fait faillite. L'un d'entre eux effectuait des paiements sur une location qui comprenait une option d'achat informelle - juste quelques notes écrites au recto d'un contrat de location ; l'autre me doit plus de $50 000 sur une

Lire plus "
fr_FR